13. La générosité humaine

Les cinq premiers mois de voyage sont passés très vite. Malgré la difficulté du parcours et la rudesse du climat, nous avons déjà partagé une fantastique aventure humaine.

Nos derniers jours au Pérou seront marqués par le chaleureux accueil réservé par la famille de Maria-Elena, l’épouse d’un cousin Suisse de la maman de Valérie (le Monde est un village !). Nous passerons quatre superbes journées en leur compagnie. Alors que la période préparatoire à l’emballage en vue de l’embarquement est sujette à complexité, tout ici n’est que facilité. Nous sommes comme des membres de la famille, partageons les repas et bénéficions de leur expertise locale. 

Il n’y a pas de magasin de vélos dans ce quartier de Lima pour y trouver de quoi emballer nos montures. Qu’à cela ne tienne, Victor, le Papa de Maria-Elena nous amènera chez un modeste commerçant situé au fond d’une petite ruelle. Il est spécialisé dans la revente de cartons. Et comme aujourd’hui les téléviseurs sont aussi grands que les vélos, ce sont les emballages robustes de ces écrans XXL qui accueilleront les Pinos soigneusement démontés.

Victor nous trouvera même un petit transporteur qui sera en capacité de nous amener, avec tous nos cartons, jusqu’à la porte de l’aéroport. Une aide sur-mesure des plus appréciables.

Cet accueil et cette générosité humaine, nous combleront tout au long du voyage. La multiplicité des rencontres rend l’aventure intense. Chaque jour, nous sommes témoins du fait que les hommes et les femmes qui habitent notre planète sont naturellement bons.

Chaque rencontre est une source d’énergie qui nous nourrit. Si le fait de voyager avec des enfants participe largement à éveiller des conduites spontanées et chaleureuses, nous ressentons qu’elles viennent du cœur. Que ce soit un sourire, un signe de la main, une boisson ou une proposition d’hébergement, tous ces gestes nous sont destinés avec une seule intention : le plaisir d’offrir. Jamais nous n’avons eu l’impression que les personnes attendaient autre chose qu’un moment partagé avec nous et de simples remerciements. 

Il n’y a qu’à l’approche des grands sites touristiques que nous croisons les rabatteurs et autres vendeurs ambulants. Mais notre condition de cyclistes n’a jamais fait de nous des cibles prioritaires.

Cette bonté humaine qui nous a entourés était d’autant plus touchante que ceux qui la manifestaient vivaient le plus souvent, dans des conditions dénuées de tout confort.

De Lima, nous quittons l’Amérique du Sud pour rejoindre Cancún et l’Amérique centrale.

Après avoir savouré la générosité des habitants des plaines argentines et des hauts plateaux boliviens et péruviens, nous goûtons à la chaleur des peuples d’Amérique centrale. Alors que beaucoup d’entre eux ont subi les affres de guerres civiles et de crises économiques, tous nous accueillent à bras ouverts.

Nous avions tenu à inscrire sur les manches de nos t-shirts la phrase « L’étranger est un Ami que l’on ne connaît pas encore ». Plus qu’une maxime, elle est devenue notre philosophie du quotidien. C’est l’un des messages que nous avons fait passer grâce au blog. Nos lecteurs nous disent aujourd’hui avoir été surpris de l’expression de tant de générosité humaine.  

Notre statut de voyageur à vélo faisait presque oublier que nous étions, nous aussi, des touristes occidentaux. Les personnes ont toujours fait fi de ce que nous avions, pour venir rencontrer ce que nous étions.

Chaque jour c’est une leçon de grammaire solidaire que nous recevions au contact de ceux qui préfèrent conjuguer le verbe être que le verbe avoir.

Epicure n’était jamais loin non plus, tant les personnes nous ont montré combien il est important de profiter de chaque instant et du moment présent alors que notre société occidentale nous a appris à ne jamais négliger le futur, à penser en termes économiques, aux congés, à la retraite. 

Le confort dans lequel nous vivons en Europe nous fait oublier l’essentiel : profiter intensément de chaque journée comme si c’était la dernière. Souvent nous oublions, ou n’osons dire aux personnes qui nous sont chères, que nous les aimons. Les obsèques sont trop tardivement l’occasion d’exprimer au défunt ce qui est resté longtemps enfoui dans le cœur de ses proches.

Dans tous les pays, notamment en Amérique centrale, nous avons reçu des témoignages de tendresse, d’Amour. Les étreintes, qui pouvaient paraître comme de l’exubérance affective, ne mentaient pas. Elles étaient spontanées et profondément naturelles. Par le toucher, par les mots, nos interlocuteurs nous ont souvent offert leur humanité.

Comme l’a d’ailleurs fort bien exprimé, à notre retour, Gérard, notre Papy du Lot : 

           « Vous avez fait un voyage au cœur de l’humanité ! ».

Cet article a été publié dans Livre VeLove. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 13. La générosité humaine

  1. Nadine dit :

    Quel plaisir de vous lire tous les matins avant d’aller au boulot.

    J'aime

  2. Alice Ferreira dit :

    Et oui vous attirez a vous ce que vous dégagez ….l amour !!!! bisous a tous les cinq…!

    J'aime

  3. Nicole Doualla dit :

    Phrase trop galvaudée à mon goût mais tant pis je vais en faire un jeu de mots:ON RECOLTE CEUX QU’ON S AIME.Vous en êtes l exemple parfait.

    J'aime

  4. jef46 dit :

    Ne vous y trompez pas Christophe et Valérie, la générosité et l’humanité dont vous parlez ne sont que votre reflet. Ceux qui vous connaissent confirmeront. Bigs bisous

    J'aime

  5. Maminou dit :

    Et voilà un bon côté du confinement … finaliser ce livre afin de faire partager, au delà d’un blog, toutes les choses merveilleuses qui ont été vécues durant ce voyage BRAVO et MERCI !

    J'aime

  6. Cathy Royere dit :

    Bonjour Christophe Je voudrais savoir pour ses textes les écrire sur ton livre oui ou non. Je voudrais te dire que tu envoyais 6 photos en doubles sur la série n13 la générosité humaine.
    Tu as trouvé un titre pour ton livre que tu vas faire. J’ai trouvé tes textes très bien écrit. Je voudrais savoir ce que tu indique ; notre itinéraire sur un outil de cartographie et être ainsi au plus près de nos déambulation géographique c’est quoi? Je vous souhaites bon courage à tout les cinq.
    Grosses bises à tout les cinq
    Cathy

    J'aime

    • velovefamily dit :

      Bonjour Cathy,
      Désolé pour les photos, on va corriger. Merci pour l’info.
      Non pas de titre pour l’instant.
      Outil de cartographie c’est une application sur le téléphone qui permet de voir l’itinéraire.
      On t’embrasse

      J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s