2. La Genèse

Ce grand voyage était inscrit dans nos têtes et dans nos cœurs depuis bien longtemps.

Avec Valérie, nous nous sommes pratiquement connus sur un vélo. C’est dire si ce moyen de locomotion est un fil rouge de notre construction familiale.

En juin 2001, quelques jours avant que je ne parte avec mes deux frères de cœur, Jojo et Fifou, pour un tour du monde à vélo des associations de lutte contre la Sclérose En Plaques (maladie neurologique), nous ne résistons pas à un doux baiser, point de départ d’une relation fructueuse.

Pendant cette « Odyssée de l’Espoir » Valérie (Valette pour les intimes…) viendra nous rejoindre à plusieurs reprises pour pédaler avec nous : 

– en Turquie où nous franchirons, à Istanbul, le pont séparant l’Europe de l’Asie, main dans la main à l’occasion d’un premier « Je t’aime » 

– au Chili et en Argentine pour le passage de la Cordillère des Andes où elle grimpe avec une étonnante facilité, elle qui n’a jamais fait de vélo

-et enfin, de Madrid jusqu’à La Barben (à côté de Salon de Provence), lieu d’arrivée de cette épopée solidaire en août 2002.

Sa fraîcheur, son enthousiasme à toute épreuve et son courage m’avaient conquis.

Quelques mois après le retour, nous nous installons ensemble sur les bords de la Garonne, à Toulouse. Elle commençait un nouveau cycle d’études en Communication après une première année en Langues étrangères appliquées, tandis que j’avais eu la chance d’être recruté en tant que responsable du siège social de l’Association Française des Sclérosés En Plaques.

Nous habitons un minuscule et bruyant deux pièces dans la proche périphérie toulousaine mais nous savourons le bonheur de construire, mois après mois, cette nouvelle vie.

Nos vacances se font alors, la plupart du temps, à vélo ! L’été 2004, nous décidons de rallier Saint Jacques de Compostelle, depuis Toulouse, sur nos fidèles montures. Après quinze jours d’itinérance, en arrivant sur les marches de la cathédrale de Saint Jacques, je tente une demande romantique, celle du mariage. La réponse est positive et nous entraîne vers des fiançailles en 2005 suivies d’inoubliables noces en 2006.

En 2007, souhaitant poursuivre ma carrière au plus près des personnes en situation de handicap, je postule à une offre d’emploi de Directeur d’établissement dans le Lot. Ma jeunesse et ma relative inexpérience à ce poste ne correspondent pas forcément au profil recherché mais, par un très heureux concours de circonstances … ma candidature est retenue !

Le Domaine de Boissor, superbe complexe médico-social situé à Luzech près de Cahors, deviendra alors un lieu d’épanouissement professionnel et familial. Bénéficiant d’un logement de fonction, nous y résiderons pendant 11 ans. 

En 2008, notre couple se transforme en famille, avec l’arrivée de notre merveilleuse Lalie. Nous n’abandonnons pas pour autant nos virées itinérantes à vélo. Très vite nous repartons avec une petite carriole dès que quelques jours de vacances se profilent à l’horizon. 

La carriole a deux places, cela tombe bien puisqu’en 2010 elle accueillera également notre petit Esteban qui vivra, pendant quelques années, de grands moments de complicité avec sa grande sœur dans cette petite cabane sur roues.

La Suisse, les Pays-Bas, les Alpes, la Pologne, la Bretagne seront alors nos terrains de jeux et de découvertes. En 2013, nous partons pour une première virée hors de l’Europe. Pendant deux mois et demi nous parcourons, à vélo, quelques belles routes de Nouvelle-Zélande et de Thaïlande. 

En 2001, lors de mon premier grand voyage, j’étais tombé en extase devant les paysages néo-zélandais. Je m’étais promis que, si un jour j’avais une famille, je l’amènerai contempler cette superbe contrée. Bien que les pentes volcaniques des deux grandes îles qui composent le pays ne soient pas des plus reposantes, cette virée en Océanie couplée à l’accueil que nous réservera la Thaïlande – véritable pays du sourire – feront de cette première grande expérience de voyage en famille, une incitation à poursuivre notre chemin.

Nous gardons en tête l’idée qu’un jour nous partirons pour un grand voyage mais le quotidien nous rattrape vite. Nous nous investissons tous les deux professionnellement. Les semaines, les mois et les années passent vite. Lorsque le mois d’août arrive, nous repartons sur les routes des régions françaises ou européennes et reportons sans cesse la planification de « notre grand voyage ».

En février 2016, une nouvelle petite merveille, Naïa, vient compléter notre belle tribu. Cette vie de famille avec trois enfants en bas âge est prenante mais tellement enrichissante.

En mai 2016, Alain, le Papa de Valérie, guide de montagne et gardien de refuge, décède subitement d’une crise cardiaque sur un chemin de randonnée. Le choc est rude. Cette disparition brutale, outre la douleur de l’absence et le sentiment de ne pas avoir profité assez de lui, nous renvoie à notre condition d’être fragile et d’une vie qui peut s’arrêter à tout instant.

Ce drame aura valeur de déclic. Nous savons que si nous attendons les conditions optimales pour passer du rêve au projet… nous ne partirons jamais. Nos enfants sont encore bien jeunes. Il va falloir puiser sur l’ensemble de nos économies pour passer à l’action mais nous voulons désormais vivre notre rêve au lieu de rêver notre vie.

Un choix professionnel et familial est également à faire en ce qui me concerne. Dois-je solliciter une année sabbatique ou démissionner ? Mon métier est passionnant. J’ai la chance de travailler avec des équipes, dont celle des cadres, sur lesquelles je sais pouvoir m’appuyer. Mais je me connais et je mesure les écueils si je prévois de revenir. D’une part, je ne pourrai pas m’empêcher de continuer à m’intéresser activement à la vie de la structure durant le voyage (les outils numériques actuels ne facilitent pas la déconnexion…). D’autre part, je culpabiliserai vite d’être à vélo, en famille, lorsque l’équipe sera au travail, confrontée à des situations parfois délicates. La structure est dynamique et de nombreux projets sont lancés. Je ne veux pas que mon absence freine cette évolution.

Ce qui sera certainement le choix le plus douloureux à faire est décidé. Je vais démissionner.

Michel Lafage et Jean-Louis Bonnet, les deux Présidents avec lesquels j’ai eu le plaisir de travailler pendant ces onze années professionnelles, regrettent mon choix. Ils m’entourent cependant de l’extraordinaire bienveillance qui les caractérise. Soutenus par un Conseil d’administration profondément humain, nous nous mettons alors à la recherche d’un successeur.

Mon choix professionnel est risqué – puisque je déclinerai la possibilité de solliciter une rupture conventionnelle et donc celle de percevoir des allocations chômage à mon retour – et mobilisateur car entraînant une libération de l’appartement de fonction et donc un déménagement. Cette charge lourde viendra compléter la longue liste des éléments à préparer avant le départ. Heureusement, Valérie est là, toujours aussi motivée et courageuse. Elle assure beaucoup de choses, accompagnée tout au long de cette préparation par nombre de soutiens énergiques qui nous apporteront une aide précieuse.

Il nous aura fallu près de deux ans de préparation ponctuée de cogitations, de plans, faits, défaits et refaits pour affiner le projet.

Le plus difficile était de prendre la décision de sa mise en œuvre et de lui donner une date, point de départ d’un compte à rebours. Cette fameuse date, nous l’avons choisie après mûres réflexions. Ce sera le 1er Mai 2018.

Depuis plus d’une quinzaine d’années nous avons reçu, chez nous, un grand nombre de cyclovoyageurs dans le cadre du réseau solidaire « warmshower ». Le plus souvent il s’agissait de personnes voyageant seules ou en couples. La taille de notre appartement de fonction nous avait aussi permis de recevoir des familles dont certaines avaient déjà réalisé de grands voyages. Les échanges ont toujours été passionnants. Au fil des discussions, il est apparu de plus en plus évident qu’un départ lors des vacances de Pâques offrait nombre d’avantages.

La logique aurait peut-être voulu que nous terminions l’année scolaire. Mais le retour en plein été s’annonçait alors complexe. Il aurait fallu gérer, à distance, l’inscription des enfants dans un éventuel nouvel établissement scolaire (et notamment pour Lalie, l’entrée en 6ème), sans savoir dans quelle région nos projets professionnels nous mèneraient. 

Le départ, quelques semaines avant la fin de l’année scolaire, nous apparaissait le plus souple pour les enfants et leur scolarité. En effet, à leur âge, les copains et les copines, cela compte beaucoup. Savoir qu’en revenant ils les retrouveraient pour terminer ensemble l’année scolaire, faciliterait leur retour. Du point de vue de leur niveau scolaire, ils pourraient également « valider » les apprentissages acquis tout au long de notre voyage.

Professionnellement cela me laissait aussi la possibilité de présenter, fin avril, les comptes administratifs au Conseil d’administration et donc de faciliter la prise de fonction de mon successeur.

Nous avons finalement décidé de partir le dimanche 29 avril 2018. Cela permettant aux personnes bénéficiant du pont du 1er mai de venir rouler avec nous lors des premières étapes… et de partager ainsi quelques journées d’aventure !

Merci à Jean-Pierre pour cette belle vidéo !
Cet article a été publié dans Livre VeLove. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour 2. La Genèse

  1. jef46 dit :

    Ce récit amène de l’intimité, de la proximité avec le lecteur qui apprécie encore plus la formidable pépite humaine qui fait battre le coeur de la VeLove Family. Vous représentez à mes yeux le Graal que tout être humain devrait avoir pour quête. À défaut de vous égaler, vous nous rassurez sur la capacité des femmes et des hommes a devenir de belles âmes. Bigs bisous. Jef du 46 🤪

    J'aime

  2. Maurou Marie dit :

    Magnifique , contente de vous lire surtout pendant le confinement qui risque d’être long cela me fait voyager bisous à la velovefamily

    J'aime

  3. Nadine dit :

    Je crois reconnaître sur votre vidéo le pont français qui relie les deux iles Dont Det et Don Khon que j’ai eu le plaisir de parcourir à vélo également lors de mon voyage au Vietnam et Laos.
    Nadine de l’Ariège

    J'aime

  4. Zara white dit :

    Top la genèse !

    J'aime

  5. Alice Ferreira dit :

    Qu elle meilleure façon de commencer la journée , que celle de retrouver ce lien et vous lire…Non , vous n etes pas une famille ordinaire tant d amour , de chaleur humaine et d empathie de bonté émanent de vous et vos enfants ont tout ça en eux …De la plus grande a la plus petite ….Je me souviendrais toujours du geste d Estéban qui a échangé son gouter avec un camarade qui n avait rien dans sa boite , ce geste ma touchée profondément ….!!!! Gros bisous a eux et a vous et merci de continuer ce partage ….!!!
    Allez l aventure continue …..!!!!!

    Aimé par 1 personne

  6. Raymonde Garcia dit :

    Bel hymne à l’amour ! A demain les amis. Grosses bises à vous 5
    « Livre VeLove » est le plus approprié ! Re bises. A demain !

    J'aime

  7. Mado dit :

    Magnifique genèse. Tant d’amour et de complicité.
    Merci pour la vidéo. Visiblement vous interloquiez les piétons que vous croisiez. Ils en parlent encore.

    J'aime

  8. Claire Garneau dit :

    Que d’émotions en 2004

    Merci encore chers WarmShowers !

    >

    J'aime

  9. Christine et Joël dit :

    Merci pour ces lignes, je ressens un sentiment de légèreté et l’impression de m’envoler vers de nouvelles aventures avec vous. Tout est calme, plénitude et bienveillance ! Que du bonheur quoi ! À bientôt pour la suite
    Christine et Joël dans les Pyrénées Atlantiques

    J'aime

  10. Royere Cathy dit :

    Bonjour Je vous lu le texte de votre vie intime. Je voudrais savoir ce que cinifie la Genèse? J’ai regardé la vidéo mais je n’ai pas trouvé le son. Pourras-tu me répondre? merci!!!
    Grosses bises à tout les cinq
    Cathy

    J'aime

  11. Royere Cathy dit :

    Bonjour Christophe Je te remercie beaucoup pour cette esplication du mot La Genèse. Je vous souhaite une très bonne après-midi et une bonne soirée aussi.
    Grosses bises à tous les cinq
    Cathy

    J'aime

  12. Françoise dit :

    Quel bonheur de se dire que chaque jour nous allons revivre un peu notre rituel…Lire l’aventure du jour de la Vélove family : du rêve bienvenu dans le contexte actuel!
    A demain

    J'aime

  13. Delsahut Douelle dit :

    Nous voilà replongé dans cette belle aventure

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s