17 Avril : Urnieta – Anglet : 79 km (10 815 km)

Cette histoire de roue de carriole nous a fait gamberger une bonne partie de la nuit. En attendant les réponses de l’assurance et du fabricant contactés afin d’essayer de trouver des pièces détachées, Edu est là, comme convenu, à 9h00, pour nous amener voir les magasins de vélos de la ville au cas où ils disposeraient de ces fameuses roues.

Mais nous sommes en Espagne et les horaires sont décalés par rapport à ceux que nous connaissons en France. La plupart n’ouvrent qu’à 10h30 pour fermer à 20h00 !

Seule une petite boutique est ouverte. Le patron, un homme qui a du dépasser allègrement les 80 ans bricole dans son atelier. Nous lui montrons la roue et il décide de se lancer dans le challenge de souder la pièce qui s’est brisée hier. Il monte et démonte des vélos et des moteurs de scooters depuis près de 50 ans et il est bien décidé à venir à bout de cette roue. La soudure est extrêmement propre, l’axe redressé et il ne reste plus qu’à savoir si cela va rentrer à nouveau dans le support de la carriole.

Nous le remercions et rentrons donc tester notre « nouvelle roue ». Ça force… mais ça rentre… à coups de marteau. Un petit miracle !

Il est déjà 10h30 et nous pouvons enfin repartir. Nous remercions chaleureusement Edu, les policiers municipaux ainsi que le professionnel de l’entreprise qui a gardé notre carriole cette nuit et repartons sur les routes du Pays Basque.

Nous commençons par de parfaites connexions entre pistes cyclables qui nous amènent ainsi aisément jusqu’à San Sebastian tout en empruntant un superbe itinéraire. Tout se corse à la sortie de la ville. La piste cyclable s’arrête brusquement et la seule route disponible pour rejoindre Irun semble être une route nationale hyper-fréquentée. Une voie sur le côté semble assez large pour nous accueillir mais, au bout de quelques centaines de mètres, elle disparaît elle aussi. Nous nous parquons sur un petit renfoncement et réfléchissons à la suite des opérations. Pour la première fois depuis bien longtemps nous nous sentons en danger sur la route. Continuer ainsi nous fait même peur. Alors nous sollicitons une automobiliste pour qu’elle puisse se mettre derrière nous jusqu’à la prochaine sortie et, ainsi, nous protéger. Ça monte mais nous faisons tourner les « watts » et avançons aussi vite que possible. Une grande descente nous amène jusqu’à Irun. Là aussi c’est un petit miracle d’y arriver sans une égratignure.

Il est 15h30 et faisons notre pause pique-nique. Nous savons déjà que le reste de l’après-midi sera long. Et effectivement, une fois arrivés sur les terres de notre douce France, l’Euro-velo 1, que nous avons le plaisir de retrouver, n’est qu’une succession de grandes montées et descentes.

Nous passons ainsi par une succession de corniches qui nous usent peu à peu.

Phénomène nouveau également depuis le passage en France, un grand nombre de personnes ralentissent pour rouler à notre hauteur, nous dire qu’ils nous ont vus à la télé et nous adresser de chaleureux encouragements. La réconciliation des autos et des vélos sur une route escarpée du Pays Basque…

Nous essayons alors de les remercier et lorsqu’ils s’arrêtent pour discuter plus longuement avec nous répondons à leurs questions et relativisons notre aventure car,pour nous, les vrais héros du quotidien sont plus les aides soignantes en Ehpad, les pompiers ou les enseignants plutôt qu’une famille qui a eu la chance de faire un grand voyage à vélo.

Ces sollicitations répétées n’améliorent pas notre moyenne horaire et le challenge va désormais être d’essayer d’arriver à Anglet avant la tombée de la nuit. Nous mettons tout ce qui nous reste d’énergie pour gravir les dernières côtes et arrivons, par miracle, à 21h00 dans les bras de Françoise et Marie-Madeleine qui nous attendent depuis le début d’après-midi.

Encore une grande joie de les retrouver après cette année de séparation (physique car les liens numériques et audio ont été fréquents). Françoise nous a préparé un repas des plus réconfortants et, comme c’était, aujourd’hui, la journée des miracles, nous dormons, ce soir… dans un couvent !

Cet article a été publié dans Espagne, France. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour 17 Avril : Urnieta – Anglet : 79 km (10 815 km)

  1. Maguy et Loulou Moretti dit :

    Ce voyage est une surprise par jour ! celle du 21 avril c’est Marie Mad sur le Pino !

    J'aime

  2. Raymonde Garcia dit :

    Le couvent, ça manquait à votre liste de lieux où dormir est possible !
    Bon retour en France où vous êtes célèbres. Vous étiez vraiment les héros de cette émission. Nous les lotois et à plus forte raison, les luzéchois, sommes (peut-être) un peu chauvins !
    Bonne continuation vers le Lot, alors que nous, nous filons vers la Bretagne. Rendez-vous est pris à Luzech le 4 Mai ! Bisous

    J'aime

  3. patricia dit :

    Coucou
    Françoise était impatiente de vous voir !!!lLa joie sur vos visages fatigués fait plaisir à voir bienvenu chez vous bisoussssss et à bientôt

    J'aime

  4. jef46 dit :

    Encore une mésaventure mécanique qui se termine à coups de marteau, mais qui se termine bien 🤪 Vous voilà en France, notre team de cœur se rapproche de Luzech! Ne boudez pas votre popularité, certes vous n’avez sauvé personne, oui nos pompiers sont des héros et tous ceux qui se donnent pour apaiser, mais la VéloveFamily a ce supplément d’âme qui nous a fait rêvé, interrogé, aimé. Votre voyage ainsi partagé et de belle manière est un livre ouvert sur la citoyenneté de la terre. Je ne dois pas être le seul réceptif à ce message, j’en suis sûr. Bigs Bisous Christophe, Valérie, Lalie, Esteban et Naïa, prénoms des héros d’une histoire vraie 😘

    Aimé par 1 personne

  5. Alice Ferreira dit :

    Ouf Naia va pouvoir continuer son voyage dans son petit abri…..Christophe pas besoin d actes héroïques pour etre des héros , mais votre gentillesse , votre bienveillance votre simplicité font de vous des personnes qu ‘on aime et qu ‘ on apprecie ….Et ce que vous venez de vivre la et que vous avez partagé avec nous , merci , demandait un certain courage…..!!!
    Bisous a tous !!

    J'aime

  6. Garcia martial et Gisèle dit :

    Tous les lotois fiers de vous allez pas de cette vraie mode estime qui vous caractérise si bien vous le méritez le 30 avril halte à sauzet et le bonheur de vous revoir
    Prudence sur nos routes qui ne sont pas les plus sûres du monde bisous à bientôt

    J'aime

  7. MERMILLOD TIBODO dit :

    Vous devez une fière chandelle au papy qui a fait la soudure et vous a permis de repartir, et surtout à votre ange gardien qui tout au long de cette incroyable aventure, a mis et met les bonnes personnes, au bon moment sur votre route, comme cette dame en voiture qui protège vos arrières. Prudence sur les routes, de France cette fois , parfois dans notre canapé, on tremble de peur pour vous. Bon retour au bercail et bonnes Pâques.

    J'aime

  8. Ah le Pays Basques ! Saint Jean de Luz, Ciboure, Anglet, Biarritz où mon père est né. Le jambon de Bayonne. Que d’aventures ils vous arrivent c’est un roman ! Vous avez été vu à la télé donc les gens vous connaissent et vous félicitent bravo à vous 5 pour périple tour du monde, merci de nous le faire vivre au quotidien. Allez-vous suivre les Landes pour votre retour? Bisous.

    J'aime

    • velovefamily dit :

      Bonjour Pascal,

      Nous avons bien remonté les Landes et sommes désormais en Gironde. Nous allons ensuite essayer de rejoindre le canal latéral à la Garonne.
      Amicales pensées à ton Papa.
      Chaleureusement,

      La VeLove Family

      J'aime

  9. Jean-Louis Barrère dit :

    Valérie, Christophe,

    Il y a juste avant le départ, la plongée dans le vide. Et juste avant l’arrivée, la peur du vide, la peur de l’accessoire. Le plaisir aussi de retrouver ses repères, son confort, ses proches. Vous y voilà donc après cette immense traversée au coeur de l’humanité. Bien sûr, il y a l’exploit physique dont vous n’avez même pas conscience, probablement, tant vous êtes immergés en son coeur. Cet exploit sportif, j’ai l’impression, qu’il a été votre carburant. Il a mobilisé votre force, votre énergie à tous les 5, et vous a permis d’avancer ensemble dans le même sens, vers le beau, vers l’autre, vers l’humanité. Quelle énergie il vous aura fallu pour mener tout de front: pédaler, surmonter les obstacles, s’occuper des enfants, assurer le quotidien, alimenter votre blog (quel exploit !), répondre aux uns et aux autres ! Le mot « admiratif » est sans doute faible. Il n’exprime que timidement ce que vous avez réalisé, toujours en confiance, toujours avec le sourire, toujours avec une foi immense en l’humanité. Un optimisme inaltérable.
    Il est sans doute inutile de vous dire bravo, ou alors il faudrait applaudir de mille mains. Juste vous remercier de nous avoir donné autant de vitamines durant un an tout juste, de nous avoir autant fait aimer la vie et l’Autre.
    Un seul problème (égoïste) à mes yeux : votre superbe périple m’a donné encore plus de fourmis dans les jambes. Il a mis en relief notre train-train du quotidien, pourtant pas spécialement malheureux, mais bien trop souvent accessoire, et votre année, tourné vers l’essentiel, vers le beau, vers la vie a contribué à ronger un peu plus mon frein de cyclo-voyageur un peu à l’arrêt. Merci d’être, merci pour cette immense cadeau partagé. Je vous embrasse et vous aime pour tout ça ! A très bientôt. J.Louis.

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s