28 Mars : Laem Mae – Klaeng – Bangkok : 44 km (10 185 km)

Nous laissons passer une nouvelle averse et repartons sur les routes Thaïlandaises après ces deux jours de pause… et d’émotions !

Nous testons donc le Pino en version « brancard », Lalie ne pouvant pas trop forcer au risque de ralentir la cicatrisation, surtout que nous nous rendons à l’hôpital de Klaeng pour vérifier l’état de la plaie et procéder à la seconde injection du vaccin.

Nous n’empruntons que des petites routes perdues entre les plantations de durians et de cocotiers, entre les bassins destinés à l’élevage des crevettes ou à celui des crabes. Nous savourons ces ultimes kilomètres asiatiques dans ce pays tout à fait adapté à la pratique du voyage à vélo.

Bonnes nouvelles pour Lalie en sortant de son rendez-vous, la blessure a commencé à bien se refermer et aucun point ne sera donc nécessaire.

Il nous faut désormais essayer de trouver un autre moyen de locomotion pour rallier Bangkok car nous n’avons plus vraiment le temps d’y aller à vélo, surtout avec une jambe en moins.

La recherche d’un véhicule motorisé s’avérera un peu plus complexe que prévu. Les bus ne sont pas adaptés pour embarquer nos montures XXL et ils ne disposent pas de galeries sur le toit comme nous avions pu en trouver au Laos. Restent les pick-ups qui servent de taxis avec leurs deux rangées de sièges opposées à l’arrière. Mais aucun chauffeur ne semble vouloir affronter la jungle routière de Bangkok (nous comprendrons mieux quelques heures plus tard…). Nous trouverons alors un compromis : nous montons toutes nos affaires avec nous à l’arrière d’un véhicule et le chauffeur nous dépose une vingtaine de kilomètres avant l’entrée dans l’agglomération de la capitale Thaïlandaise. Marché conclu !

Nous voilà donc partis pour 170 km et 3 heures de voyage avec quelques pointes de vitesse auxquelles nous ne sommes plus habitués en roulant principalement à vélo.

Il est pratiquement 17h00 lorsque nous finissons de tout remonter au bord de la route et attaquons nos premières artères gonflées d’un trafic de plus en plus dense.

Parfois, un léger espace nous permet de nous glisser entre deux rangées de voitures mais il nous faut faire preuve de vigilance avec la carriole. Nous fanfaronnons en chantant « A Bangkok à vélo, on dépasse les autos, à vélo… » plagiant un Joe Dassin… qui bientôt s’arrête de chanter, bloqué par la circulation qui ne laisse désormais guère d’espace.

Pour compliquer les choses, certaines routes sont imposées en sens unique à certaines heures de la journée et nous obligent à de grands détours et à quelques allers-retours inutiles une fois que nous constatons le sens qui ne semble jamais être en notre faveur.

La nuit est tombée, et notre avancée, de complexe,  se transforme en dangereuse. Nous cherchons une chambre pour la nuit et après quelques échecs (pas facile notamment de trouver un lieu qui accepte nos grandes montures) nous trouvons une belle chambre à un prix que l’employée réduira considérablement en nous voyant arriver à vélo… dans un état de fatigue certain.

Une bonne douche, un « pique-nique amélioré » pris sur notre tapis orange au pied des lits et tout le monde est prêt pour une bonne nuit de sommeil.

Demain, derniers kilomètres Thailandais afin d’essayer de s’approcher un peu plus du centre de cette mégalopole.

Cet article a été publié dans Thaïlande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour 28 Mars : Laem Mae – Klaeng – Bangkok : 44 km (10 185 km)

  1. patricia tardieu dit :

    Coucou
    Super pour Lalie bon courage à tous pour cette fourmilière .On se plaint quand ça bloque sur le Canal mais là la densité de population est différente 😉 Bientôt l’Europe
    Bisoussss à vous 5

    J'aime

  2. jef46 dit :

    Là c’est sûr finit les grands espaces 😧 ça ira mieux en Europe. Quelle photo magnifique avec ces arbustes colorés 🤙 Ce passage en fourmilière fait partie du périple, mais ça c’est aussi un enseignement sur nos civilisations! Bigs Bisous et bonne préparation 3M 🤪

    J'aime

  3. jef46 dit :

    Et Big Up pour Lalie et tout le staff médico-familial 🤙

    J'aime

  4. Raymonde Garcia dit :

    Ces arbustes flamboyants (rhododendrons ?) sont magnifiques ! Le retour à la civilisation est parfois difficile ! Bangkok, et sa circulation infernale, aura le mérite de vous faire trouver les routes européennes bien tranquilles et que dire de celles du Lot !
    Bon courage pour la suite et surtout pour les cartons à venir…
    Bisous

    J'aime

  5. Alice Ferreira dit :

    Bon courage dans cette fourmillére…!!Bisous a tous .

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s