25 Janvier : Chat Trakam – Ban Noen Phoem : 48 km (7 997 km)

Nous nous sommes organisés pour avoir remis la pièce en ordre et rangé toutes nos affaires avant que les professionnels ne reviennent s’y installer pour une nouvelle journée de travail. Nous partageons le petit-déjeuner lorsque le Directeur arrive… pour s’assurer que nous avons bien dormis et nous apporter un énorme sac de bananes. Bis repetita de cet incroyable accueil.

Il est bientôt 8h00, tous les élèves se réunissent, par classe, sur le grand terrain de sport situé devant le bâtiment principal pour la levée des couleurs. Instant solennel suivi de l’hymne national et de la présentation d’un projet réalisé par un groupe d’élèves. De l’unité, de la fierté et la mise en avant des compétences par la valorisation des élèves. Nous assistons à cet enchaînement quotidien avec admiration. Devant un tel « spectacle » nous nous étions faits tout petits mais le Directeur insiste pour que nous le rejoignions au micro afin de présenter notre voyage aux plus de 500 collégiens réunis ce matin. Une charmante professeur d’anglais se charge de faire la traduction en Thaïlandais et rajoute quelques anecdotes qui l’ont marquées hier soir comme l’inversion de syllabes entre « velo » et « love » ou le fait que nous soyons allés hier à la rencontre de différents groupes d’élèves.

S’ensuivent de nombreux mots d’encouragements des professeurs puis une grande série de photos à laquelle ont du mal à adhérer Esteban qui a les yeux rouges et gonflés ce matin (sans doute une petite allergie… à la poussière ?) et Naïa qui commence peut-être à saturer que des dizaines de personnes par jour viennent toucher sa petite chevelure blonde.

Les élèves partent ensuite à la cantine où, tous ceux qui le veulent, peuvent bénéficier d’un petit dejeuner offert par le collège. Entre les uniformes et le petit-déjeuner, tout est fait pour gommer au maximum les inégalités sociales.

Le Directeur, comme une maman qui voit partir son enfant pour la semaine, arrive avec plusieurs sacs de nourriture tellement il a peur que nous ayons faim sur la route. 1kg de sucre, du café, des biscuits… et plusieurs kilos de clémentines et de bananes, nous pouvons tenir plusieurs dizaines de kilomètres sans problème !

Nous quittons l’équipe enseignante et les élèves avec une belle émotion. Nous avons bien fait d’oser aller à leur rencontre hier après-midi !

Cette expérience occupera un grand nombre de discussions pendant toute l’étape du jour. Parler avec Esteban ou Lalie de l’importance d’être fiers des couleurs nationales tout en sachant accueillir l’étranger, échanger sur le rôle de l’uniforme, de la mise en valeur des projets ou encore se désoler des paroles de notre hymne national loin des valeurs portées par d’autres hymnes (comment expliquer « le sang impur » à des enfants de 8 et 10 ans ? Même en replaçant les paroles dans un contexte historique, elles nous irritent la gorge…).

Ce sont deux belles rencontres qui nous feront sortir de ces discussions intéressantes. Nous croisons, tout d’abord, Rud et Erika puis Jan et Mariette, deux pétillants couples de retraités hollandais qui voyagent à vélo en Asie du Sud-Est pour 5 semaines. Ils voyagent ensemble mais chacun à son rythme et sont peu chargés car n’ont pas d’affaires de camping et dorment à l’hôtel. Ils ont le beau sourire des cyclovoyageurs heureux d’aller découvrir un pays et donc une culture sur leurs vélos. Leur enthousiasme fait plaisir à voir, nous partageons en 3 les clémentines et bananes reçues depuis hier et nous donnons rendez-vous pour de prochaines virées en Europe.

Nous arivons à Nakon Thaï, une petite ville, vers 13h00. Il fait extrêmement chaud. Plus de 50 ° au soleil. Nous recherchons l’ombre et l’eau pour nous abriter et s’hydrater. L’application GPS nous indique que des hôtels se situent à la sortie de la ville. Un peu de confort, de l’air conditionné, une douche et de bons lits pour ravir tout le monde. De quoi retrouver de l’énergie pour une belle séance d’exercices scolaires et l’étude de la carte pour ces prochains jours. La vie est belle !

Cet article a été publié dans Thaïlande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour 25 Janvier : Chat Trakam – Ban Noen Phoem : 48 km (7 997 km)

  1. tardieu patricia dit :

    Coucou
    Que sont ces choses qui ont l’air de sécher au bord de la route? Que de belles rencontres si vous pouviez prendre avec vous tout se partage pour le redonner et toujours de belles photos merci
    Bisoussssss

    J'aime

  2. ketfau dit :

    Ah, les discussions sur l’uniforme et les valeurs transmises à l’école…On a bien connu ! Super pour ouvrir les yeux des enfants à autre choses. Les miennes en parlent encore 4 ans après 🙂
    Bonne poursuite à vous 5

    J'aime

  3. jef46 dit :

    Pareil ! Qu’est-ce donc qui sèche au soleil ? Mais qu’est-ce que donc ? 🤪 c’est vrai qu’un débat pourrait poser la question de l’hymne national… moi je préfère le chant résistant des partisans à celui sanguinaire de la Marseillaise. Mais l’histoire a du mal à laisser de la place à l’avenir…tel est le fardeau de nos enfants ! Mais qui dit challenge dit espoir! Bigs Bisous 😘

    J'aime

  4. f.vandermesse dit :

    Par 50 °C les végétaux dont vous nous donnerez bientôt le nom doivent sécher rapidement !!
    Hydratation régulière , indispensable pour vous .

    J'aime

  5. Raymonde Garcia dit :

    L’uniforme qui gomme les inégalités sociales, vaste débat ! tout comme la Marseillaise !
    Et toujours des rencontres, des cadeaux… Qué Calor ! et bientôt le 8000ème km… Bravo !
    Gros bisous

    J'aime

  6. Clarinette dit :

    même chose pour moi .. que sont les choses qui sèchent ? et quelle sorte de route ?
    j’imagine qu’il n’y a pas de voiture qui y circule ?
    et j’ai relu le 50 degrés.. plusieurs fois pour bien me faire à l’idée …il me semble que cela n’a pas d’allure …

    J'aime

    • velovefamily dit :

      Et oui, 51,9° (en plein soleil !) quand ça tape… ça tape !
      Alors voici la réponse sur certaines zones de séchage que nous avons pu identifier : il s’agit vraisemblablement de manioc ! Ces grandes racines sont coupées en morceaux et séchées sur la route pour une utilité que nous devouvrirons certainement dans quelques jours. Bises

      Aimé par 1 personne

  7. Francis & Sylviane dit :

    C est bien vos réponses…presque en direct.
    Tous les jours nous attendons le récit du jour ! Merci pour les récits et les photos !!!

    J'aime

  8. alice ferreira dit :

    Ouf .. j aurais eu l explication avant de poser la question , du manioc !! Lalie tu fais les devoirs avec le sourire , Super , il le faut, mais ce que tu apprends au cours de ce voyage est unique… !!
    Bisous a tous !!

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s