3 Décembre : Playa de Cuco – La Union : 46 km (6 765 km)

C’est une nouvelle fois un départ matinal qui nous permet de goûter le souffle d’une fraîcheur toute relative. Celle-ci est salutaire notamment pour les premiers kilomètres qui nous font remonter sur la route principale via un chemin de terre et de pierre. Nous ne ferons pas plus de 4 km sur cette première heure de « vélo » mais ces traversées épisodiques par des chemins de traverses constituent de vraies parenthèses sauvages dans des étapes souvent très asphaltées.

Nous nous posons au bout d’une quinzaine de kilomètres pour partager le petit-déjeuner. Juste au moment où nous installons notre « nappe », un cyclovageur circulant dans l’autre sens nous rejoint. Nous échangeons ainsi nos bons plans, nos expériences et nos ressentis avec ce sympathique cycliste. Daniel est Autrichien et voyage depuis 2 ans 1/2. Il a parcouru l’Europe, l’Asie et l’Océanie avant de rejoindre Ushuaïa pour remonter les Amériques. Il compte déjà plus de 40 000 km au compteur et prévoit de terminer son épopée à vélo dans 6 mois à New-York. Il nous confirme qu’il vaut mieux éviter actuellement le Honduras et nous fait, tout comme les autres voyageurs récemment rencontrés, l’éloge du Nicaragua.

Après une agréable demi-heure de partage, nous nous quittons pour reprendre nos routes respectives. Au bout de quelques kilomètres un pneu commence à s’applatir. Nous penserons alors qu’il s’agit de la troisième crevaison du voyage mais après changement de la chambre à air nous constaterons que c’est la valve de cette dernière qui a lâché. Sans doute a-t-elle été victime de ces fortes chaleurs à répétition. Il fait, en effet, déjà très chaud. Le thermomètre atteindra même les 45° vers 11h00 !

Nous atteignons la ville animée de La Union vers 13h00 et nous rendons vers le port afin de voir si une option se dégage pour rejoindre directement le Nicaragua en bateau et éviter ainsi le Honduras. Mais les prix que l’on nous annonce sont bien au-delà de nos moyens et nous partons déjeuner en pensant déjà que le contournement se fera finalement à vélo. Entre-temps, Géraldine des « Chamavelo » nous a envoyé, par messagerie, le nom et les coordonnées de la personne qui leur a permis de faire cette même traversée il y a quelques mois. Nous le contactons. Les prix sont encore élevés mais bien moins que ceux précédemment annoncés. Nous prenons le temps de la réflexion et nous entendons pour faire part de notre décision vers 18h00.

Entre-temps nous trouvons un accueil toujours aussi sympathiques chez les Bomberos de la ville. Nous pourrons camper à l’arrière de la caserne avec accès aux douches, aux toilettes et même… au WiFi.

Après quelques dernières délicieuses pupusas salvadoriennes et avoir pesé les avantages et les inconvénients, nous faisons finalement le choix d’un départ matinal en « lancha », petit bateau à moteur, directement vers le Nicaragua. Merci encore à la famille Chamussy pour cette belle solidarité cyclopédique !

Seul regret pour Christophe, ne pas faire d’étapes dans le pays d’origine d’Humberto, éducateur spécialisé à Boissor, dont il est admiratif du parcours qui l’a conduit à exercer en France.

Cet article a été publié dans Salvador. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour 3 Décembre : Playa de Cuco – La Union : 46 km (6 765 km)

  1. Un saut de puce pour découvrir un nouveau pays. Il vous poussent des ailes !!! Bonne route les amis. Bisous

    J'aime

  2. alice ferreira dit :

    Voila des anges bien colorés .. comme le serpent qui se laisse prendre en photo !!!
    Bonne continuation .Bisous a tous !!

    Aimé par 1 personne

  3. jef46 dit :

    Sage décision que d’éviter les problèmes… cela rassure vos followers de compatriotes 🤪 Bigs Bisous et mention pour la pose théâtrale avec le serpent 🤗

    J'aime

  4. vttoons2206 dit :

    Un grand bonjour à toute famille de la part d’Elsa, Louise, Juliette, Emilie et Fabrice. Nous suivons quotidiennement vos aventures qui nous permettent de patienter en attendant notre départ prévu en mai 2019.
    Bonne route à vous,
    Fabrice

    J'aime

  5. yves dit :

    Par rapport à 2001, ce sont les pneus qui sont de meilleure qualité ou les routes ?
    Pour qui se débrouille bien, on peut chercher et trouver un financement complémentaire !
    Bises à toute la famille.

    J'aime

    • velovefamily dit :

      Salut Yves,

      L’explication est certainement multi-factorielle.
      Nous faisons beaucoup moins de kilomètres qu’en 2001 (nous devrions à peine franchir les 10 000 en mai alors que nous avions roulé plus de 23 000 en 2001). Les pneus ont fait de grosses avancées. Nos Schwalbe Marathon Plus sont équipés d’une bande anti-crevaison, pas increvable… mais presque. Et puis nous n’avons pas avec nous l’homme capable de crever plus de 10 fois dans la même journée, notre cher Jojo… quand on aime on ne compte pas !
      Tu t’arrêtes jamais de bosser pour les autres toi !
      On t’embrasse,

      La VeLove Family

      J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s