2 Décembre : Playa de cuco

Dormir sans avoir de programme le lendemain, cela faisait bien longtemps que ça ne nous était pas arrivé…

Si les parents sont réglés sur un réveil biologique matinal, les enfants dégustent eux une rare grasse matinée.

Nous prenons le temps de lire un peu les informations et sommes les témoins impuissants de ce qui se passe en France. La France, notre France vire à l’affrontement entre citoyens. Nous qui l’avions laissée si paisible il y a 7 mois, la découvrons au bord de l’état d’urgence ce matin. Un sentiment de culpabilité nous envahit, nous qui sommes des privilégiés de la vie (même si ce voyage a demandé, en amont, de nombreux sacrifices et une prise de risque certaine pour le retour ,où nous aurons tout à reconstruire). Nous voilà sillonants les routes de notre belle planète alors que la colère et le désespoir semblent avoir envahi une partie de l’hexagone. Assommés, nous assistons également à l’incroyable puissance actuelle des réseaux sociaux sur lesquels sont déversés autant d’informations que de désinformations. La violence des propos relayés ne laissent désormais plus place au respect et à la réflexion, deux notions pourtant si importantes dans une démocratie.

Nous suivrons, bien évidemment la situation avec encore plus d’intérêts ces prochains jours et continuerons à vanter les mérites de notre douce France, un pays qui possède bien des qualités (et des moyens par rapport à ceux que nous traversons) mais que les touristes que nous croisons ces derniers jours risquent bien d’éviter pour leurs prochaines vacances.

Si l’océan pacifique nous enivre, nous découvrons aujourd’hui le côté face de l’éco-tourisme après avoir été séduits par le côté pile hier. Avec un peu d’observation on constate très vite le marketing social (et surtout économique !) caché derrière certaines louables aspirations. Quelques exemples : le savon est certes étiqueté comme bio et non polluant mais les eaux usées sont déversées dans un petit canal derrière les hébergements, petit canal va certainement se jeter dans le Pacifique. Le ramassage des déchets par les touristes est une bonne idée en soit, sauf lorsqu’une bonne partie de ces derniers oublient les nombreuses bouteilles de bières bues au clair de lune… sur la plage ! Le lever du jour sera alors un éternel recommencement sonnant comme une ode à Sisyphe. Enfin le lacher des tortues du jour se transforme très vite en une, toujours très attendrissante, aventure mais surtout en une animation captivant un grand nombre de touristes plus ou moins respectueux de ces petits êtres vivants qu’ils trimballent comme des jouets et à côté desquels ils s’extasient au bout de leur perche à selfies. Les tortues passent ainsi très vite de la bonne action au produit d’appel.

La journée de repos sera bien vite passée et nous aura permis de nous poser pour mieux repartir demain vers La Union d’où nous verrons si nous faisons un crochet par le Honduras (pays dans lequel une certaine tension existe également… mais pour d’autres raisons) ou si nous tentons une traversée maritime vers le Nicaragua.

A cette heure, nous avons encore de nombreuses incertitudes et nous laisserons donc le chemin guider notre itinéraire des prochains jours.

« La France est un paradis peuplé de gens qui se croient en enfer » Sylvain TESSON

Cet article a été publié dans Salvador. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour 2 Décembre : Playa de cuco

  1. jef46 dit :

    La situation écotouristique est bien résumée…hélas. bravo les enfants pour ces séances studieuses les jours de repos… un esprit dans un corps sain. Vos parents sont au top Bigs Bisous la team.😘

    J'aime

  2. Alain de Cahors dit :

     » Un sentiment de culpabilité nous envahi, nous qui sommes des privilégiés de la vie (même si ce voyage a demandé, en amont, de nombreux sacrifices et une prise de risque certaine pour le retour où nous aurons tout à reconstruire) »

    Non ! Non ! Vivez votre bonheur exceptionnel à fond, pensez d’abord à vous, ici, les vents mauvais disparaîtront comme ils se sont levés, n’en doutons pas.
    ps: en parlant de vents mauvais: les extrêmes droite du rn (la marine) et de blf (de dupont aignan) qui jettent de l’huile sur le feu tout en faisant semblant de ne pas y participer.

    J'aime

  3. Alain de Cahors dit :

    Ne vous laissez pas bader par des infos (GJ= guignols jaunes) grandement dirigées.
    Vivez votre bonheur à fond, laissez nous revenir à une république apaisée pour vous accueillir de votre périple.
    Bien à vous.

    J'aime

  4. ketfau dit :

    Totalement d’accord avec « Alain de Cahors » ! Et méfiance vis-à-vis des informations à sensation qui font le buzz. La grande majorité des français vit normalement actuellement…

    J'aime

  5. FRANCOISE LAVERNHE dit :

    Magnifiques toujours vos photos , aujourd hui effet de miroir splendide…
    C est sûr qu’ en ce moment avec les GJ, l image de la France en prend un coup mais heureusement que la féerie de l approche de Noël offre et offrira encore des occasions de rêver aux petits comme aux grands!

    J'aime

  6. isabelle uberto dit :

    vous êtes les plus beaux…! profitez!
    entre l information et la désinformation..
    on s y perd parfois…. même les riches se plaignent..
    avec ma retraite de 1000euros par mois…je ne me plaint pas plus que ça
    j ai une maison!!
    des bises
    isa

    J'aime

  7. Entièrement d’accord avec les commentaires ci-dessus ! Profitez pleinement de votre aventure. Vous l’avez voulue et vous avez agi en conséquences pour pouvoir la vivre ! Personnellement, je ne me plains pas non plus, il y a bien pire… en France et ailleurs dans le vaste monde !
    Bisous à vous 5

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s