11 Août : Sorata La Paz

6h15, le ciel va bientôt s’éclaircir et dans la pénombre qui s’achève un tandem est difficilement porté dans les pentes abruptes qui mènent vers Sorata. Christophe est parti en mission « changement de vitesses », une mission qui consiste à trouver un mini-bus qui accepte de transporter le vélo (sans le casser !), de faire les 2h30 de route vers La Paz (en serrant les dents dans les virages pris à plus de 110 km/h !), de trouver un velociste qui accepte le challenge que représente le Pino, en profiter pour faire quelques courses et rentrer.

Sauf que tout ne s’est pas tout à fait passé comme prévu. Pour le mini-bus, ce fut un peu rock’n’roll et le vélo n’a pas tenu très longtemps dans la position verticale que le chauffeur a tenté de lui infliger. Pour le trajet, après quelques sueurs froides et des embrassades aux bas-cotés, l’arrivée dans la ville a permis de remplacer la vitesse excessive par un concert de klaxons plus disgracieux mais somme toute moins dangereuse. Pour le velociste, c’est là que cela se complique. La plaza del 16 de Julio à El Alto est pleine de boutiques de vélos mais tous bottent en touche et proposent de demander au technicien du magasin d’a-côté.

Lorsqu’ enfin l’un d’eux se sent plein d’entrain pour relever ce défi, ce sont les outils qui ne sont pas adaptés. En effet, pour changer le cable et la gaine il faut une clef torx (en forme d’étoile) de petite envergure. La carte au trésor « Made in La Paz » et il faudra près d’une heure pour trouver la fameuse clef (El Alto étant « un peu » plus grand que fort Boyard). Christophe laisse ensuite, pendant une paire d’heures, Alejandro, le jeune technicien, pour descendre à La Paz en téléphérique afin d’y trouver un peu de WiFi, télécharger les photos et programmer les prochains articles. A son retour, Alejandro croit tenir une bonne nouvelle mais lorsqu’il teste le materiel, seules 6 vitesses passent. Le seul point positif étant la confirmation de la mauvaise santé des câbles, ce qui laisse donc présager que le problème n’est pas dramatique. Un deuxième changement de cable et deux heures de travail en commun permettent de monter jusqu’à 9 vitesses mais lors du test sur quelques centaines de mètres le nouveau cable se désolidarise. Tout est à refaire ! Il est 17h00, le temps est compté car les derniers mini-bus repartent vers Sorata à 19h00. La fatigue se faisant plus forte, les gestes sont moins précis malgré la bonne entente qui règne entre Alejandro et Christophe. Entre deux tours de clefs ils en profitent pour discuter. Alejandro fait des études pour devenir psychologue. Il tient cette boutique avec ses 5 frères et soeurs afin de pouvoir financer ses études. Il ne se ménage pas à la tache et est d’un optimisme qui le conduit à être certain de finir dans 5 minutes… toutes les heures !

22h30… un dernier essai permet d’arriver à 11 vitesses sur 14. Il n’y a plus de cables disponibles et la fatigue l’emporte sur l’entêtement. Alejandro et Christophe se quittent en se prenant dans les bras après cette longue « opération quasi chirurgicale ». En remerciement de la somme laissée par Christophe, Alejandro offrira la fameuse clef étoilée à Christophe (cela servira forcément dans les prochaines semaines).

Christophe, frigorifié, rejoint le terminal des bus situé dans un quartier fort obscur et prend une chambre pour quelques heures en attendant la réouverture des lignes demain vers 5h00…

Et pendant ce temps là, à Sorata…

Le rythme est beaucoup plus paisible… Le reste de la tribu profite de cette vie sédentaire pour prendre son temps et se lever chacun à son rythme. Le temps est splendide aujourd’hui. David propose de ne travailler qu’en fin de journée plutôt que dans la matinée comme nous le faisions les autres jours.

Les enfants ont maintenant leurs petits rituels : dire bonjour aux lapins, leur donner quelques feuilles de trèfle à croquer, puis aller voir les « poupoules » (comme dit Naïa), avant de prendre le petit-déjeuner dehors, dans cet écrin de verdure, plein de vie. José et Esteban passent un long moment à jouer au ballon. Lalie, tranquillement installée dans le hamac, avale quelques BD que nous avons sur la liseuse. David propose ensuite aux enfants de projeter « La belle Verte », un film français pas tout jeune et pourtant criant de vérités sur la société moderne, que tata Nath nous avait fait découvrir quelques semaines avant le départ et que nous avions trouvé très drôle.

Entre deux jeux avec Naïa, Valérie a, quant à elle, commencé à travailler sur une petite vidéo de présentation de la ferme de David : el Vergel, afin d’inciter d’autres familles à venir y vivre une expérience de volontariat. Après quelques parties de cache-cache avec les enfants, elle s’est ensuite attelée avec David et André (un volontaire Chilien) à retirer des clous des planches d’une vieille cabane écroulée et à réunir le bois mort disséminé un peu partout dans le jardin pour en faire du petit bois.

Ce n’est qu’en toute fin de journée qu’ils reçoivent un appel de Christophe leur indiquant qu’il ne sera finalement de retour que demain matin. Première nuit depuis 3 mois où nous ne serons pas réunis ! Après un repas chaleureux partagé avec tous les joyeux habitants del Vergel, Lalie, Esteban, Naïa et Valérie s’endorment bien blottis les uns contre les autres, attendant impatiemment les retrouvailles du lendemain.

PS : cela fait une quinzaine de jours que nous naviguons sans WiFi. Internet n’a pas encore envahi les rives du lac Titicaca (ce n’est peut-être pas un mal ! ). En attendant de retrouver une connection qui nous permette de télécharger les photos, voici les textes via le réseau téléphonique . Nous vous préviendrons dès que nous aurons complété le « roman-photo ». En attendant nous vous embrassons !!!

Cet article a été publié dans Bolivie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour 11 Août : Sorata La Paz

  1. f.vandermesse dit :

    Aucun texte n’apparaît sous 11 août publié le 17.
    Nous patienterons. À bientôt.

    J'aime

  2. marie bardet dit :

    le suspense est à son comble 🙂

    J'aime

  3. NATHALIE ECHARD dit :

    Bonjour, je suis une amie de Mina qui m’a parlé de votre aventure, je me suis abonnée et suis devenue accro. je suis admirative et vous souhaite plein de belles journées. Mina vous donne le bonjour, régulièrement je lui remets le lien pour qu’elle puisse vous suivre. Nathalie

    J'aime

  4. Raymonde Garcia dit :

    Quel suspens !

    J'aime

  5. davizhare dit :

    Le texte, le texte, 😉

    J'aime

  6. f.vandermesse dit :

    Message de ce 18 août
    La velovefamily family est privée de Wi-Fi depuis plusieurs jours. ils vont bientôt passer au Pérou et espèrent que la connexion sera meilleure.

    Aimé par 1 personne

  7. f.vandermesse dit :

    Le texte est bien inclus maintenant sur le blog….. Ce samedi 18 août.

    Aimé par 1 personne

  8. Raymonde Garcia dit :

    Merci. Nous attendrons. Les photos n’en seront que plus belles !

    J'aime

  9. Maminou dit :

    Super ce texte qui comble le « trou » important de retour à La Pa pour « soigner » le vélo Vous finissez donc avec 11 vitesse sur les 14 … ? On attend patiemment mais avec impatience votre « retour » par le wifi ;o) … ça peut se dire ça ? Hé hé ! Gros bisous !

    Aimé par 1 personne

  10. jef46 dit :

    Ces vélos ont une boîte de vitesse digne de la formule 1 😜

    J'aime

  11. Raymonde Garcia dit :

    Merci pour les photos ! Naïa a l’air ravie sur sa nouvelle monture !

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s