26 Juillet : Oruro – La Paz : Bus + 4 km (3 068 km)

Aussitôt le petit-déjeuner avalé, nous nous rendons à la gare routière afin de trouver un bus qui pourra nous transporter (avec nos vélos hors norme) à La Paz. Parmi les dizaines de compagnies proposant ce trajet, nous observons  celles qui disposent de bus avec des coffres imposants.

Un chauffeur joue les rabatteurs. Nous voyant arriver, il nous assure que tout notre équipage pourra prendre place dans la soute, ce qui se vérifie un quart d’heure plus tard. Nous allons prendre nos tickets (12 Euros pour 5 !) puis partons pour 230 km et 3h30 de trajet. Nous ne regretterons pas le choix d’avoir opté pour un voyage motorisé. Le paysage ressemble à celui que nous avons parcouru ces derniers jours et le trafic dense est peu enthousiasmant.

Nous arrivons à La Paz via El Alto, cité qui surplombe la capitale administrative de la Bolivie (la capitale constitutionnelle étant Sucre). Nous trouvions déjà Oruro très grand avec ses 200 000 habitants . Avec 2,5 millions d’habitants, La Paz nous donne le vertige. C’est impressionnant !

La descente du bus nous vaudra une belle colère avec le chauffeur. Pressé de repartir, il débarque nos vélos avec une brutalité certaine. Nous nous interposons afin de nous occuper nous mêmes du déchargement. Alors qu’il a déjà pris la poudre d’escampette, nous constatons les dégâts : le porte-bagages avant du pino blanc est cassé et la anse d’une sacoche  est déchirée. Une fois notre colère avalée nous arnachons nos bagages  , comme nous le pouvons, et prenons la direction de la célèbre « Casa de ciclistas » de La Paz. Situé en centre-ville, il s’agit d’un appartement mis à disposition (contre une participation symbolique aux frais) par Christian  , un Bolivien d’origine Allemande. Des milliers de cyclovoyageurs se sont arrêtés ici depuis près de 20 ans.  Quand nous arrivons, deux français (Simon et Deborah) et un Suisse (Steven) ont déjà pris place au sein de la Casa.

Dans un élan de voyageurs solidaires, ils nous aident immédiatement à monter toutes nos affaires, les deux vélos et la carriole au premier étage. Merci +++

Il est 16h00 et nous n’avons pas encore déjeuné (cela devient une habitude !). Nous partons donc explorer le quartier afin de nous alimenter puis partons réserver nos billets pour Rurrenabaque où nous partirons finalement dimanche (plus de places samedi) pour 3 jours dans la forêt amazonienne.

Nous poursuivons ensuite notre visite du centre-ville. Quel contraste avec les campagnes que nous avons traversées ! Toutes les grandes enseignes y sont représentées, les écrans géants illuminent les artères de leurs publicités mercantiles et les trottoirs sont quasiment impraticables du fait d’une surpopulation au mètre carré.

Un café dispose d’une immense aire de jeux. Les enfants nous y attirent. Ils ont beau être convertis au voyage à vélo, ils restent des enfants et retrouvent un regain d’énergie en escaladant les modules qui s’offrent à eux.

Nous achetons de quoi concocter le dîner et rentrons à la Casa de ciclistas. Nous sommes subjugués par ce lieu. Les murs et les plafonds sont tapissés de photos, de phrases, de cartes laissées par d’innombrables voyageurs. Nous y retrouvons des noms connus, des idées géniales et des blogs à découvrir.

Nous allons donc rester deux jours à La Paz et profiter ainsi de l’abondance de cette immense ville. En attendant, au programme demain : lessive…. et réparation de vélo !

Cet article a été publié dans Bolivie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 26 Juillet : Oruro – La Paz : Bus + 4 km (3 068 km)

  1. alice ferreira dit :

    RRRRoooohhh pas très sympa ce chauffer de bus….!!!! En tout cas c est rassurant de vous savoir en forme et voir le sourire de Naia sur les photos c est magnifique , meme si le sourire est bien vissé sur vos visages a vous tous …..Merci !!
    gros bisous et bonne continuation !!

    J'aime

  2. jef46 dit :

    Bon vu les sourires dans la casa on comprend que la bonne humeur de la team Vélovefamily à repris le dessus après cet incident avec l’autre là, l’abruti moyen 😜 effectivement la photo avec toutes ces maisonnettes donne le vertige! Bon courage pour les réparations. Bigs Bisous

    J'aime

  3. Maminou dit :

    Bien vrai ce slogan « l’unique chaîne qui donne la liberté est celle du vélo » vous nous le prouvez tous les jours ! Contente de savoir que vous avez un jour de plus de repos … même si va suivre 3 jours fantastiques et aussi tellement contrastés avec ce que vous vivez en ce moment … fini le froid… la forêt amazonienne c’est aussi la chaleur … whoua ! Plein bisous

    Aimé par 1 personne

  4. Raymonde Garcia dit :

    Il fallait bien une exception pour confirmer la règle, ce c… de chauffeur en est la preuve ! j’adore cette citation « la ùnica cadena que da la libertad es la de una bicicleta » ! une Lapalissade ! J’ai bien reconnu El Alto, j’en parlais dans un commentaire précédent. Je suppose qu’El Alto a encore dû s’étendre… Il y a 8 ans, nous étions en plein centre ville aussi … J’espère que vous avez prévu les anti-moustiques pour l’Amazonie. Quel choc thermique vous y attend ! + de 40° et 95% d’humidité, mais encore de belles découvertes sur la faune et la flore ! Une fois de plus, profitez !!!
    Bisous

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s