3 Juillet : Humahuaca – Azul Pampa : 40 km (2 330 km)

La météo consultée au saut du lit laisse entrevoir une belle journée… avec un vent du Nord qui s’accentue dans la journée s’accompagnant de rafales à 80 km/h. Le vent se renforce encore les jours suivants. Il nous faut donc essayer de partir rapidement !

Anna-Maria et Guillermo, les gérants de l’hospedaje, sont vraiment adorables. Ils ont du mal à nous laisser partir… et nous avons du mal à les quitter. Boostės par un (gros) petit-déjeuner nous repartons vers la ruta 9 qui doit nous amener jusqu’en Bolivie. Au bout de 3 km, une voiture nous depasse et s’arrête quelques dizaines de mètres devant nous. C’est Guillermo qui revient à notre rencontre pour nous apporter le verre oublié que nous utilisons pour Naïa (un verre qui évite les dégâts des eaux à chaque repas). Merci Guillermo !

La route monte d’entrée, parfois modérément (« suave » comme ils disent ici), parfois plus intensément. Au bout d’une dizaine de kilomètres une belle côte de plus de 2 km à 10 % nous entraîne sur un plateau en escalier que nous grimperons toute la journée. Effectivement il y a du vent et il se renforce à chaque heure si bien qu’à la pause déjeuner nous n’avons fait que, péniblement, une petite vingtaine de kilomètres. Un abri pour prier à la fois Gauchito Gil, la Difunta Correa et San Expedito (belle mutualisation !) nous sera bien utile. Le vent est si fort que nous mettons en cercle afin qu’il n’emporte pas nos victuailles. Il nous reste un peu moins de 20 km avant le prochain hameau et encore 40 pour le prochain village. Ce dernier objectif s’avère vite impossible à atteindre avec les rafales de vent qui se succèdent et nous obligent de temps à autres à nous arrêter afin de ne pas prendre de risque sur la chaussée. Parfois nous repartons pour 50 mètres, parfois pour un peu plus longtemps…

Même au cours des rares descentes en montagnes russes que nous offre le parcours nous sommes obligés de pédaler. Lorsque nous arrivons au bas de la montée suivante autant dire que notre élan est proche du néant.

Ce vent nous éreinte. Nous n’arrivons plus à avancer. L’altitude, le dénivelé s’ajoutent à la complexité. Chacun tente alors d’avoir quelques paroles positives lorsqu’il voit que l’un des membres de la famille commence à se décourager. Nous pédalons, nous poussons, nous nous accrochons aux kilomètres qu’il nous reste avant le hameau indiqué sur la carte.

Il est près de 18h00 lorsque nous atteignons enfin Azul Pampa, petit hameau composé d’une chapelle, d’une épicerie et d’une école. Ici pas de maison, elles sont disséminées dans la montagne avoisinante. Nous rencontrons Faustino qui gère la petite épicerie, il nous propose dans un premier temps de dormir dans le auvent de la chapelle puis, au regard du froid qui s’annonce encore cette nuit (nous sommes desormais à plus de 3 500 le et on peut apercevoir quelques petites plaques de neige autour du hameau) nous ouvrira la salle de classe de cette petite école qui compte… 8 élèves ! Comme Sandrine, Philippe et leurs quatre enfants, il y a 6 ans, nous dormirons, nous aussi sous le tableau noir de cette petite école (cf « allons voir si la terre est ronde »).

Alors que nous préparions le repas et installation tapis de sol et duvets, nous entendons frapper au carreau de la vitre. Ce sont les « Payasos » : Nicolas, Estefania et Dianella qui ont reconnu nos vélos depuis la route. Enchantés de ces retrouvailles nous nous installons tous ensemble autour des petites tables de classe et partageons nos repas. Le monde n’est pas plat mais il n’est pas si grand et permet ainsi au hasard de faciliter de belles rencontres.

Cet article a été publié dans Argentine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour 3 Juillet : Humahuaca – Azul Pampa : 40 km (2 330 km)

  1. Raymonde Garcia dit :

    Dure journée que vous avez vécue ! Mais récompense avec ces retrouvailles ! Bon repos avant une autre grosse journée. Bises

    J'aime

  2. Phanie dit :

    Quelle étape!courage, on pense fort à vous

    J'aime

  3. FRANCOISE LAVERNHE dit :

    Quelle bien jolie photo que celle de ce papa serrant fort contre lui ses enfants
    Je vous souhaite bon courage pour grimper encore et toujours ….et continuez a manger des pâtes, ça vous réussit bien !

    J'aime

  4. f.vandermesse dit :

    Eole devrait s’associer aux 3 protecteurs pre-cités pour vous aider.
    Nous comptons sur lui et lui faisons confiance.
    Notre amitié vous accompagne.
    Bises. Bises.

    J'aime

  5. Michel BON dit :

    Oups!!! Il en faut des muscles et du souffle pour vaincre de telles conditions climatiques sur ces routes au relief hostile.
    Heureusement que les rencontres aussi imprévues que chaleureuses viennent consoler toute votre petite troupe si courageuse.

    J'aime

  6. jef46 dit :

    À la lecture de cette journée on a envie de se téléporter pour vous relayer…qu’elle se mérite la liberté ! Cette photo de Christophe enlaçant les titous est prenante et résume cette épreuve. Courage la team, ce vent qui vous fait querelle aujourd’hui vous transcendera demain 😉 Bigs Bisous

    J'aime

  7. TURMO, Jean-Claude dit :

    ! Buen dia a todos!
    Quel régal de vous lire et d’admirer ses belles prises de vues. Je suis toujours sur votre porte-bagages! Au fait, comment vont vos arrières-trains ?!!
    Je vois que dans ces paysages sauvages que vous traversez, il y a des gens chaleureux et j’apprécie énormément les moments de convivialité que vous nous offrez et le rayonnement des petits qui s’adaptent merveilleusement bien aux conditions climatiques montagnardes.
    Dans notre monde « civilisé », plus on est nombreux, moins on se supporte.
    A l’approche des 4000, quel genre de cultures apercevez-vous?
    Bonne route vers la Bolivie!
    Jean-Claude

    J'aime

    • velovefamily dit :

      Bonjour Jean-Claude,

      Merci pour ton message. Les arrieres-trains semblent s’être modelés même si durant les longues étapes de montagne nous essayons de changer de position régulièrement.
      Le plateau sur lequel nous sommes arrivés à quelques encablures de la Bolivie est assez désertique. Une vegetation rase sur laquelle de très nombreux troupeaux de lamas se promènent. Dans la montée nous avons vraiment vu les paysages se modifier avec toujours de superbes couleurs de roche.
      On espère que la préparation de la belle course cycliste de Puy-l’évêque se passe au mieux.
      On t’embrasse,

      La VeLove Family

      J'aime

  8. Caudrillier Joël et Marie dit :

    Vemos que la humanidad y la fraternidad os rodean, asi que no puedo resistir a continuar con « Los Versos Sencillos » de José Marti que os van como anillo al dedo :
    « Tiene el leopardo un abrigo
    En su monte seco y pardo :
    Yo tengo mas que el leopardo
    Porque tengo un buen amigo
    Duerme como en un juguete,
    La mushma en su cojinete
    De arte del Japon yo digo :
    « No hay cojin como un amigo »
    Tiene el conde su abolengo ;
    Tiene la aurora el mendigo ;
    Tiene ala el ave,
    Yo tengo un buen amigo !
    Tiene el señor presidente,
    Un tesoro en oro y trigo :
    Yo tengo mas, tengo un amigo « 

    Aimé par 1 personne

  9. Jacqueline dit :

    Merci pour le temps que vous prenez le soir pour nous faire partager vos découvertes, vos émotions, vos rencontres. Merci aussi pour les photos si révélatrices de ce que vous vivez.
    Bises depuis la Côte Basque.
    Marie Mad

    J'aime

  10. Jacqueline Rouaux dit :

    Jacqueline alias Marie Mad

    J'aime

  11. Maminou dit :

    J’ai un peu le cœur serré à être impuissante à vous aider car j’imagine la force mentale qu’il faut parfois avoir … c’est évident que la récompense est énorme … mais il faut passer par là ! Ceci dit je suis fière de vous … et heureuse de voir tout le bonheur qu’il en ressort un fois les difficultés surmontées ! Mille bisous

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s