14 Juin : Los Nacimientos – Santa Maria : 106 km ! ( 1 734 km)

– 8°, c’est ce qu’indique le compteur, pourtant à l’abri du vent, lorsque nous reprenons la route ce matin. Auparavant, nous avons partagé le petit-déjeuner avec les écoliers et leurs enseignants. Un bon thé chaud qui nous aura permis de conserver quelques degrés corporels. Cette école comme beaucoup d’autres que nous avons croisées en Argentine a la particularité d’accueillir des élèves de primaire le matin et des collégiens l’après-midi . Nous avions donc quitté des adolescents hier soir et saluons ce matin de tout jeunes écoliers.

Le soleil ne souhaite apparemment pas sortir de sa couverture de nuages ce matin. L’air extérieur reste glacial. Nos gourdes pourtant remplies avec de l’eau tiède ce matin se transforment vite en glaçons. Les doigts de pied ne tardent d’ailleurs pas à rejoindre cet état.

Nous savons qu’il nous reste encore 19 km de montée mais nous avions espéré conserver un vent favorable. Malheureusement, il a encore changé de sens pendant la nuit. 19 km de lutte contre cet ennemi invisible qui brule nos calories. Lalie et Esteban commencent à avoir les larmes aux yeux, rongés par le froid qui les envahit. Les parents serrent les dents et commencent à penser à d’autres alternatives pour cette longue traversée.

Un aéroport,  perdu au milieu de nulle part , marque la fin de la montée. Le vent souffle avec force et nous sommes déjà éreintés. Nous rejoignons le hall d’attente de l’aéroport afin d’y trouver un peu de chaleur. Nous sommes accueillis par Christian, notre ange gardien du jour. Il s’occupe de la tour de contrôle mais également de la sécurité du site, construit afin de développer l’industrie minière située à quelques centaines de mètres. Il nous apporte du thé chaud, du pain et un petit chauffage qui contribueront grandement à la récupération de l’équipe.

Un coup d’oeil à l’extérieur : les petits drapeaux qui flottent derrière nos vélos ont changé de sens. Christian, nous explique que cela peut arriver plusieurs fois dans une seule journée. Nous nous dépéchons de repartir ! C’est le pied, ou plutôt la roue libre: 25 à 30 à l’heure alors qu’une heure plus tôt nous n’arrivions pas à dépasser les 7 km /h !

Nous enchaînons les kilomètres avec une seule peur : que le vent change à nouveau de sens. Ce fameux vent finit par s’arrêter. Nous nous arrêtons nous aussi, pour déjeuner et lorsque nous voyons à nouveau les drapeaux flotter dans le bon sens, nous remontons sur le pont pour poursuivre notre traversée. En chemin, nous observons d’innombrables troupeaux de vaches, de chèvres ou d’ânes vaquant librement dans cette immense plaine sablonneuse.

Nos arrêts s’échelonnent selon les caprices du vent. Nous arrivons ainsi à atteindre le bout du plateau. S’ensuit une belle descente, récompense de ces journées de montée. Nous nous étions fixé d’arriver au maximum à San Jose. Nous y arrivons au bout de 85 km mais Lalie et Esteban, tout contents de voir la barre des 100 km s’approcher insistent pour continuer. Ils veulent être 100 bornard à vélo, et aussitôt cette limite franchie, afficheront une certaine fierté qui ne les quittera pas de la soirée. Nous arrivons dans la banlieue de Santa Maria et trouvons une chambre dans un hôtel, sans eau chaude, et avec un Wifi défaillant mais des lits qui feront du bien à toute la famille après ces dernières journées éprouvantes.

Cet article a été publié dans Argentine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour 14 Juin : Los Nacimientos – Santa Maria : 106 km ! ( 1 734 km)

  1. Cathy Seguy dit :

    C’est top de voir le sourire des enfants, bonne continuation

    J'aime

  2. nounou dit :

    que de beaux sourires! gros bisous de nounou

    J'aime

  3. fvandermesse dit :

    Ce vent ! Tour à tour… adversaire et allié..!
    Comment arrivez vous à déclencher l’appareil photos avec les doigts gelés.?
    Comment trouvez vous l’énergie, le soir, pour nous donner de vos nouvelles, via le clavier ?
    Bravo à Lalie et Esteban… vainqueurs des 100 bornes.
    Bises chaleureuses.

    J'aime

  4. Karine dit :

    Et avec tout ça, quelles que soient la météo et la température, Pedro est toujours en short… C’est dingue ça !
    Un grand bravo aux 100 bornards du jour ! Ils peuvent être fiers et pas qu’un peu.
    Je vous embrasse.

    J'aime

  5. BaBan dit :

    Cc les amis,
    C’est incroyable !! j’admire la force mentale de ces bouts de choux. Allez go go go !!
    Bises à vous cinq
    Tchuss

    J'aime

  6. alice ferreira dit :

    Malgré le froid le vent et les km les visages sont toujours souriants , mais c est vrai que l aventure est vraiment belle …..!!!! Merci

    J'aime

  7. jef46 dit :

    -8° c’est frais ça 😨 quand est ce qu’ils ont du soleil là bas ? C’est vrai que Pedro nous la fait bodygard en shorty😎 Des valeureux ces enfants….ceux là pour sûr ils sauront apprécier les choses simples, pas comme nous adeptes du confort. Go Vélovefamily. Bigs Bisous

    J'aime

  8. Raymonde Garcia dit :

    Félicitations aux « 100 bornards »! à tous les 5 donc, pour votre courage, vos sourire qui vous (nous) illuminent ! Suis admirative pour tout ce que vous faîtes (en short ou pas), sans oublier le récit qui clôt chaque journée, qui nous permet de vous suivre tour de roue après tour de roue !

    J'aime

  9. FRANCOISE LAVERNHE dit :

    Bravo aux très courageux Lalie et Esteban👏👏qui ont très vite oublié leurs larmes dues au froid pour franchir leur défi des 100kms
    Bravo aux parents qui sont au rendez vous, tous les soirs pour donner les nouvelles de l’Aventure !
    Et bien sûr un bravo pour Naia qui conserve son franc sourire !

    J'aime

  10. montillet dit :

    Il a vraiment fait -79 degrés C comme votre thermomètre le montre ? Brrrr Aujourd’hui encore vous avez été en contact avec des gens sympathiques ! ! Et bravo aux 5 pour votre courage et bonne humeur ! Votre Grand’Mam’

    J'aime

  11. Enfin , Esteban retrouve le sourire …il avait l’air bien fatigué tous ces derniers jours … courage , plus que quelques milliers de kilomètres ! Bisous à tous et encore bravo
    tontyveset Djidji

    J'aime

  12. Laurent dit :

    -8°C… ça correspond à la température à laquelle je pose le vélo pour prendre la voiture (…) et pour ne faire que 7Km ! -7°C en statique, en température ressentie avec le vent de face, c’est très nettement plus bas ! On a beau pédaler, les mains, les pieds, le visage sont exposés et souffrent rapidement… Christophe en short, ça se passe de commentaires, c’est juste irréel.
    Alors un immense bravo pour votre volonté et votre persévérance, assorties de cette bonne humeur contagieuse qui nous donne le sourire à distance. 100 bornes, une distance mythique franchie dans des conditions plus que difficiles : BRAVO aux enfants et bien-sûr à leurs parents.
    Bises à tous…
    Laurent

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s