16 Mai : Uspallata – Potrerillos : 55 km (510 km)

Même bien installés dans la « cabana », il a fait froid cette nuit. Quelques duvets ont dû être sortis de leurs sacs, les simples couvertures ne suffisant pas. Au petit matin, nos corps restent bien plus attirés par la chaleur de nos couchages que par la fraîcheur extérieure.

C’est Naïa qui sonnera le clairon du lever en premier. Nous profitons de la connexion Wifi toujours aussi capricieuse pour envoyer les articles que nous avions rédigé chaque soir et qui n’avaient pas pu encore être envoyés.

Un petit-déjeuner amélioré et la musique rythmée des flagrants délires contribueront à nous donner l’énergie nécessaire pour préparer les sacoches et les vélos.

Après ces derniers jours intenses nous prenons notre temps et ne dėmarrons que vers 11h30. Nous poursuivons notre itinéraire le long de la N7. Les paysages sont toujours d’une beauté incroyable. Chaque montagne nous offre une roche dont les variations de couleurs rendraient jaloux les plus inventifs des illustrateurs. Un dégradé de couleurs comme seule la nature est capable d’offrir à nos pupilles émerveillées.

Dans ce décor majestueux, un nouveau troupeau de lamas. Non ! Nous reprendra Lalie, je ne crois pas que ce sont des lamas, ce sont des Guanacos ! Il nous faut bien avouer qu’elle a sans doute raison et nous convenons qu’elle fera un petit article à ce sujet dans les prochains jours.

Sur la route, c’est la valse des camions et des pick-up, ces 4×4 avec une plateforme arrière. Nous apprendrons par plusieurs automobilistes qui s’arrêtent pour discuter avec nous que nombre d’Argentins se rendent, plusieurs fois par an, au Chili pour faire leurs courses. Nous comprenons mieux désormais pourquoi nombre de pick-up sont chargés de TV HD grand format, de VTT luxueux ou de matériel hi-fi. Le Chili est devenu le grenier des loisirs des Argentins. Les personnes avec lesquelles nous échangeons quelques mots viennent de Buenos-Aires, situé… à plus de 1 200 kms pour effectuer ces achats deux fois par an. Plusieurs d’entre eux nous ont croisés lorsque nous montions les Caracoles avant hier. Ils nous témoignent avec une grande ferveur leur joie de nous voir aujourd’hui dans la descente vers Mendoza.

La descente n’est malheureusement pas aussi jouissive que prévue. Un fort vent de face nous oblige même à passer le petit plateau pour avancer alors que la pente fait preuve d’une réelle déclinaison. Nous nous plaçons l’un derrière l’autre pour limiter les efforts et garder un peu d’énergie face à cette force invisible qui se fait de plus en plus puissante. Au bout d’une trentaine de kilomètres nous trouvons un petit creux dans la colline, à l’abri du vent, pour avaler nos casse-croûte du jour.

Nous arrivons à Potrerillos au coucher du soleil et bien que nous sommes désormais redescendus à 1 400 mètres d’altitude, nous prenons l’option de la location d’une chambre afin de nous protéger plus aisément du froid et d’essayer de partir plus tôt demain matin. La nuit va être bonne…

Cet article a été publié dans Argentine. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour 16 Mai : Uspallata – Potrerillos : 55 km (510 km)

  1. jef46 dit :

    Superbes photos avant d’aller au taf et d’entamer le weekend avec ces beaux clichés en tête. Bigs bisous

    J'aime

  2. Phanie dit :

    Ca y est déjà plus de 500 km d avaler on pense fort à vous tous les jours. Bisous

    J'aime

  3. Phanie dit :

    Oups… 500 km d’avalés….petite leçon d orthographe du jour pour lalie: le participe passé 😜

    J'aime

  4. maya 46 dit :

    Si vos réveils sont difficiles les notres sont motivés par le plaisir de vous lire.
    Toujours aussi admirative devant les efforts consentis par vos enfants .
    Amitiés.
    L happy cultrice.

    J'aime

  5. fvandermesse dit :

    J’attends plus de précisions sur les « guanacos ».
    Merci Lalie.
    Bises à chacun de vous cinq.Françoise.

    J'aime

  6. Raymonde Garcia dit :

    Un nouveau bonjour qui est loin d’être le dernier pour mon plus grand plaisir ! Surprise que les douaniers argentins/chiliens soient si laxistes ! En 2010, nous nous sommes fait « piquer » oranges, bananes et fruits secs par les douaniers chiliens en venant d’Argentine. Contrôle très strict à la douane, chacun devant son sac et chiens qui tournent autour ! Où alors les douaniers sont beaucoup plus cool dans ce sens là ?
    Bonne continuation, bon courage (mais vous n’en manquez pas !). Bises

    J'aime

  7. Raymonde Garcia dit :

    Pour Lalie… Les lamas (domestiqués) descendent des guanacos (sauvages). Il y a 4 espèces en Amériques du sud (camélidés), Alpagas, Guanacos, Lamas et Vigognes. J’espère que tu pourras voir les vigognes si jolies, racées et élégantes.

    J'aime

  8. Vous n’avez pas choisi le plus facile, mais à partir de Mendoza, si vous remontez par la 40, vous devriez avoir moins froid, mais le vent…?
    Amitiés du Japon
    Daniel & Frédérique

    J'aime

  9. Casamayou dit :

    Je craque sur l’avant dernière photo !!!!!! Et les paysages ! Que c’est beau ! Vivement demain matin 😉

    J'aime

  10. Mumu dit :

    C’est bon les escargots knorr?🤢

    J'aime

  11. Magali Coquelet dit :

    Bonjour la jolie famille! J’ai entendu parler de votre voyage par Nathalie, étant une ancienne collègue instit. Je voulais vous dire que j’étais admirative et que je prends un reel plaisir à lire le récit de vos aventures chaque jour! Bravo à vous 5! Que du bonheur! Vous photos sont superbes!

    J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s